D’ après: Linternaute.com

Gagner une pièce grâce à la construction d’une cloison mobile par vous-même.

cloison-mobile1

Avec l’arrivée de leur premier enfant, Nicolas et sa compagne souhaitaient avoir la chambre du bébé à côté de la leur, plutôt qu’à l’autre bout de l’appartement. Nicolas partage donc avec nous son expérience de construction d’une cloison mobile, puisqu’il a réalisé lui-même cet aménagement. On parle d’une cloison « mobile » lorsque celle-ci n’est fixée ni aux murs, ni au sol. Elle pourra donc facilement être supprimée. Cette cloison est finalement un meuble de séparation, il aura deux fonctions : séparer les deux pièces, et créer du rangement.

Représenter la cloison dans la pièce

cloison-mobile2

Pour bien visualiser ce que pourrait rendre la cloison souhaitée, Nicolas utilise le logiciel gratuit (Google SketchUp), qui lui permet de modéliser facilement son intérieur. Ainsi il peut s’assurer que son idée lui convienne avant de faire les achats de matériel et d’engager les travaux.

La modélisation de la cloison

cloison-mobile3

A la question « pourquoi pas une cloison en plaques de plâtre ? », Nicolas répond que celle-ci aurait coûté plus cher que la cloison mobile. De plus, le parquet fraîchement installé aurait dû être démonté pour construire une cloison fixe. L’autre avantage est qu’elle pourra facilement être supprimée avant la revente de l’appartement, ce qui lui permettra de récupérer un grand séjour, qui valorisera son logement. Après avoir modélisé la cloison sur Google SketchUp, Nicolas dessine ensuite son plan.

Débarrasser et protéger l’espace

cloison-mobile4

Avant de commencer, il faut dégager l’espace à aménager et protéger le lieu où sera coupé le bois, pour éviter que la poussière n’envahisse tout l’appartement. On peut comme ici utiliser une bâche en plastique transparente, qui permet de conserver de la lumière dans cet espace de travail.

Le matériau : du médium (MDF)

cloison-mobile5

Pour la construction de sa cloison mobile, Nicolas a choisi d’utiliser du medium. Il s’agit de panneaux de fibres de bois à densité moyenne, aussi appelés « MDF » (Medium Density Fiberboard). Ce dérivé du bois présente de nombreux avantages, à commencer par son prix abordable. Il est également facile à découper et très résistant. Remarquez le tasseau figurant sur cette photo. Doté de poinçons métalliques, il a servi de « gabarit » à Nicolas pour marquer l’emplacement des trous à percer sur les différentes planches de bois.

L’outillage

cloison-mobile6

Nicolas a acheté des planches de medium de 2,50 x 1,20 m, qu’il a fait découper directement au magasin en planches de 40 cm de large. Le matériau est ainsi plus facile à manipuler et la découpe plus propre. Les planches de medium mesurent 18 mm d’épaisseur, ce qui est suffisant pour la plupart des constructions. Étant déjà coupées en largeur, les planches n’auront plus qu’à être sciées en longueur. Pour cela, Nicolas s’est équipé d’une scie circulaire, mais aussi d’une perceuse et d’une équerre.

Début du montage

cloison-mobile7

Le montage commence avec l’une des deux colonnes qui entoureront la porte de la future pièce. Les niveaux et les côtés du meuble sont assemblés entre eux avec des tourillons en bois. Chaque planche est percée de trous à l’endroit où elle sera fixée aux autres. On place un tourillon dans l’un des trous d’une planche, puis on enfonce la partie qui dépasse dans le trou de la planche qui doit se coller à la première. Pour consolider le meuble, Nicolas fixe également les différents éléments entre eux avec des vis et de la colle blanche vinylique. On répète cette opération plusieurs fois, pour assembler toute l’étagère.

Positionnement du premier meuble

cloison-mobile8

Lorsque le premier meuble est monté, on vient le positionner à sa place. Les autres meubles viendront s’adosser à celui-ci et seront fixés entre eux. Les meubles ne seront donc fixés ni aux murs, ni au plancher. C’est pourquoi on parle de cloison mobile.

La feutrine de protection

cloison-mobile9

Sur chaque partie de meuble devant être en contact avec le sol et les murs, pour ne pas endommager ceux-ci, on colle à l’aide d’un adhésif double face de la feutrine de protection. Cette feutrine est le même matériau que l’on utilise comme isolant phonique sous les parquets flottants. Séparant les meubles des parois de l’appartement, elle évitera également que les vibrations ne soient amplifiées.

Fin du montage de la partie gauche entourant la porte

cloison-mobile10

Nicolas installe ensuite la deuxième colonne et la recouvre d’un troisième élément qui va relier les deux colonnes. Tous ces meubles sont fixés entre eux par des boulons à tête ronde. Ceux-ci ne seront pas visibles au final, car les écrous sont enfoncés dans des cavités percées dans le medium. On pose aussi la porte de la nouvelle pièce.

Montage de la partie droite

cloison-mobile11

Le montage se poursuit avec la partie droite du meuble, dont l’installation est rendue plus délicate en raison de la pente du toit. On commence donc par la partie basse, puis on poursuit avec le triangle situé au-dessus de la grande alcôve qui accueillera la télé. La tâche est compliquée par des problèmes de faux équerrage, tant sur les murs que sur le sol. Nicolas aura donc dû raboter plusieurs fois les planches du meuble pour qu’elles s’adaptent au lieu. Il s’est pour cela aidé d’un ciseau à bois et d’une râpe.

Raccordements électriques

cloison-mobile12

Pour éviter que des fils électriques ne courent dans l’appartement, des prises sont fixées sur la cloison mobile elle-même. Les équipements TV et Hi-fi installés dans les alcôves pourront ainsi être branchés directement. Toutes ces prises sont reliées à un interrupteur qui permet d’éteindre facilement l’ensemble des appareils. Un autre interrupteur est monté à l’intérieur de la nouvelle chambre et relié à la prise sur laquelle est branchée la lampe de chevet, seule source d’éclairage de la pièce. Tous ces branchements électriques sont montés en dérivation.

La pose du lambris

cloison-mobile13

Pour cacher les fils électriques et assurer la finition de la nouvelle chambre, la cloison mobile est couverte d’un parement en lambris. Celui-ci est simplement poncé, car les jeunes parents souhaitent éviter la peinture et le vernis dans la chambre de leur enfant. Pour assurer l’isolation acoustique, de la laine de verre est placée derrière le lambris. La cloison, combinée à une épaisseur d’isolant et une autre de lambris, assure une assez bonne isolation phonique.

Peindre la cloison

cloison-mobile14

Côté séjour, la cloison mobile est peinte de deux couches de peinture acrylique blanche. Pour un résultat bien fini, les arêtes irrégulières seront poncées auparavant .

Le résultat

cloison-mobile15

La cloison a ici une double utilité : elle a permis de créer une chambre de plus dans l’appartement et elle offre de nombreux rangements. Pour sa première construction de ce genre, Nicolas s’avoue plutôt satisfait du résultat. Il considère que la qualité pourrait encore être améliorée s’il s’équipait d’un meilleur outillage.

Construire une cloison mobile est une solution intéressante pour créer une pièce supplémentaire dans un logement. Elle présente en outre l’avantage d’être financièrement très abordable. Nicolas estime à environ 300 euros le coût total de cette construction, matériaux et équipements électriques compris. L’intérêt d’une telle réalisation est aussi qu’elle est réversible : on peut décider de la supprimer à tout moment.

Le montage en lui-même aura pris trois jours à Nicolas. Au total, il faut compter une petite semaine pour une réalisation de ce type, en comptant le temps de séchage de la peinture.

La chambre accueille à présent leur enfant et remplit donc sa fonction première. Côté salon, les nombreux livres et équipements Hi-fi ont trouvé leur place dans les alcôves. Nicolas est satisfait de son installation.

Pour des conseils plus spécifiques n’hésitez pas à contacter l’agence Arm&lie Design.
armelie.fr / cliquer ici pour nous contacter / 06 84 40 46 43
Architecte d’intérieur à Nantes : designer d’espace, décorateur et agenceur.